La population accueillie est très variée

Maxence souffre d'un trouble neurologique léger qui se traduit par un retard psychomoteur, une hypotonie, des troubles de la motricité fine. Alors que c'est un enfant assez lent, hypotonique, pas vraiment performant dans le domaine moteur, sur le poney il se montre rapide et vif. Lors de cette activité il est autonome, est capable de préparer son poney seul, ce qui nous a permis de le mettre avec un autre enfant. A poney il a travaillé le rythme, l'équilibre et les coordinations. Il peut maintenant trotter en dirigeant son poney sur plusieurs tours. A poney il ne présente pas les troubles de l'attention que l'on peut observer ailleurs. Il est très persévérant.

Jules est autiste. La thérapie avec le cheval va lui permettre de vivre des expériences différentes. Il peut expérimenter des choses, avec le poney, avec le thérapeute.

Lucien est porteur d'une trisomie 21. Il ne parle pas ou très peu mais il comprend tout ce qu'on lui dit. Le poney lui apporte la possibilité d'un échange différent avec l'autre, s'il ne fait pas correctement les choses, le poney n'obéit pas. Avec le poney il faut être attentif, se concentrer sinon l'animal va où il veut, n'en fait qu'à sa tête.

Jordi est autiste. Il vient depuis des années à la thérapie avec le cheval. Cette activité lui a permis de se poser, d'apprendre à se concentrer. Il vient toujours avec beaucoup de plaisir. Cette activité qui fait partie de son emploi du temps lui apporte de la stabilité, du bien-être, un cadre rassurant. Depuis qu'il vient, il a appris à ne pas s'occuper des autres quand on est avec son poney, porter sont attention sur le poney, à se concentrer.

Theodore est autiste. Le but de cette activité est de le faire sortir de sa bulle, d'augmenter sa capacité de communication de relation avec les autres.

Elle va aider les enfants ayant :

Des troubles de l'apprentissage : Dyslexie, troubles de l'attention et de la concentration.

•Troubles du comportement : Instabilité, inhibition, hyperactivité.
•Un handicap moteur : Infirmité motrice cérébrale.
•maladies génétiques, syndromes complexes et maladies rares : Autisme, syndrome de l'X fragile, Prader-Willi, Smith-Magenis, trisomie 21, trisomie 18, épilepsie, syndrome d'Angelman.
•Les problèmes psychomoteurs énumérés plus haut et qui ont pour conséquences des troubles psychologiques (manque de confiance en soi, inhibition, hyperactivité).




Les enfants porteur d'un handicap mental vont trouver la possibilité de s'exprimer autrement, de développer une communication différente.